Guide de conformité à la LCA et au CAN-SPAM

Lois et règlements
14 avril
/
5 min de lecture
Si l'objectif premier du message est commercial, il doit être conforme aux exigences de la CASL, du CAN-SPAM et d'autres législations anti-spam.
Image du titre de la vidéo de l'ACSL

Il est très important de respecter les lois anti-spam qui s'appliquent à la région vers laquelle (ou depuis laquelle) vous envoyez des emails. La législation anti-spam canadienne (CASL) et la loi CAN-SPAM aux États-Unis ont été introduites pour établir les normes réglementaires légales minimales auxquelles les spécialistes du marketing doivent adhérer pour rester conformes. La CASL et la CAN-SPAM s'appliquent toutes deux dans diverses situations : 

  1. Si vous envoyez des courriers électroniques à des abonnés basés au Canada ou aux États-Unis
  2. Si vous envoyez des emails à un domaine hébergé au Canada ou aux États-Unis 

Toutefois, la conformité seule ne garantit pas la livraison. Ce qu'il est important de souligner, c'est qu'il suffit d'une seule adresse dans une liste de contacts pour vous obliger à respecter ces lois. En règle générale, nous recommandons donc à chacun d'adhérer aux règles les plus strictes pour garantir une conformité mondiale.  

Il existe deux types fondamentaux d'emails que vous pouvez envoyer :

Commercial

Annonce, promeut ou encourage le destinataire à participer à une activité commerciale, y compris le contenu d'un site web exploité à des fins commerciales.

Transactionnel ou relationnel

Facilite une transaction déjà convenue ou met à jour un client sur une transaction en cours.

"Si l'objectif principal du message est commercial, il doit se conformer aux exigences énoncées par la CASL, le CAN-SPAM et d'autres législations anti-spam."

Si votre message est de nature transactionnelle, son objectif premier est transactionnel et il ne doit pas contenir d'informations d'en-tête fausses ou trompeuses, mais il est par ailleurs exempté de la plupart des dispositions de ces lois. Cela dit, la meilleure pratique consiste à ne pas utiliser un objet trompeur, à veiller à indiquer aux destinataires où vous êtes situé et à leur donner la possibilité de refuser de recevoir d'autres messages.

Qu'est-ce que cela signifie ?

Vous êtes autorisé à inclure du contenu commercial dans les courriers électroniques transactionnels, à condition que la transaction reste l'"objectif principal" du courrier électronique et que la ligne d'objet et le corps du message mettent l'accent sur la transaction. Cela vous donne une excellente occasion de faire une bonne première impression auprès de vos clients, mais c'est un exercice d'équilibre délicat. Si cela n'est pas fait correctement, vous risquez de recevoir de lourdes amendes, de susciter des plaintes et d'affecter vos livraisons.

Voici ce que dit la loi CAN-SPAM sur le courrier commercial dans le document : CAN-SPAM Act : Un guide de conformité pour les entreprises

  1. N'utilisez pas d'informations d'en-tête fausses ou trompeuses.
    Vos informations "From", "To", "Reply-To" et de routage - y compris le nom de domaine et l'adresse électronique d'origine - doivent être exactes et identifier la personne ou l'entreprise à l'origine du message. 
  2. N'utilisez pas de lignes d'objet trompeuses.
    La ligne d'objet doit refléter fidèlement le contenudu message. 
  3. Identifiez le message comme étant une publicité.
    La loi vous laisse une grande marge de manœuvre sur la manière de le faire, mais vous devez indiquer clairement et de manière visible que votre message est une publicité. 
  4. Indiquez aux destinataires où vous êtes situé.
    Votre message doit comporter votre adresse postale physique valide. Il peut s'agir de votre adresse postale actuelle, d'une boîte postale que vous avez enregistrée auprès des services postaux américains ou d'une boîte aux lettres privée que vous avez enregistrée auprès d'une agence commerciale de réception du courrier établie conformément à la réglementation des services postaux. 
  5. Indiquez aux destinataires comment ils peuvent refuser de recevoir des messages électroniques de votre part à l'avenir.
    - Votre message doit expliquer clairement et de manière bien visible comment le destinataire peut refuser de recevoir des messages électroniques de votre part à l'avenir.
    - Rédigez l'avis de manière à ce qu'il soit facile à reconnaître, à lire et à comprendre pour une personne ordinaire.
    - Une utilisation créative de la taille des caractères, de la couleur et de l'emplacement peut améliorer la clarté.
    - Indiquez une adresse de retour de courrier électronique ou un autre moyen facile sur Internet pour permettre aux gens de vous communiquer leur choix.
    - Vous pouvez créer un menu pour permettre à un destinataire de refuser certains types de messages, mais vous devez inclure l'option permettant d'arrêter tous les messages commerciaux de votre part.
    - Assurez-vous que votre filtre anti-spam ne bloque pas ces demandes d'exclusion. 
  6. Traitez rapidement les demandes de retrait.
    - Tout mécanisme d'exclusion que vous proposez doit pouvoir traiter les demandes d'exclusion pendant au moins 30 jours après l'envoi de votre message.
    - Vous devez honorer la demande de retrait d'un destinataire dans les 10 jours ouvrables.
    - Vous ne pouvez pas facturer de frais, exiger du destinataire qu'il vous fournisse des informations d'identification personnelle autres qu'une adresse électronique ou l'obliger à prendre une mesure autre que l'envoi d'une réponse par courrier électronique ou la visite d'une page unique sur un site Internet pour pouvoir honorer une demande de refus.
    - Une fois que les gens vous ont dit qu'ils ne veulent plus recevoir de messages de votre part, vous ne pouvez pas vendre ou transférer leur adresse électronique, même sous la forme d'une liste de diffusion. La seule exception est que vous pouvez transférer les adresses à une société que vous avez engagée pour vous aider à vous conformer à la loi CAN-SPAM. 
  7. Surveillez ce que les autres font en votre nom. La loi indique clairement que même si vous engagez une autre société pour gérer votre email marketing, vous ne pouvez pas vous soustraire à votre responsabilité légale de respecter la loi. Tant l'entreprise dont le produit est promu dans le message que celle qui envoie effectivement le message peuvent être tenues légalement responsables.

CASL et CAN SPAM

La plus grande différence entre la CASL et le CAN SPAM Act des États-Unis est que le Canada exige un consentement "exprès". Pour cette raison, le reste de ce guide se concentrera principalement sur la façon de s'assurer que vous avez le consentement approprié.

Remarque : Si l'envoi à des listes achetées ou louées aux États-Unis ne constitue pas une violation de CAN SPAM, il s'agit d'une violation directe de CASL et ne sera pas autorisé.

Politiques anti-spam internationales

Vous trouverez ci-dessous des liens vers plusieurs politiques anti-spam disponibles en ligne. Ils ne remplacent pas les conseils juridiques. En cas de questions, vous devez consulter un avocat pour savoir quelles lois sur la protection de la vie privée vous concernent, vous et votre organisation.

États-Unis :Le CAN-SPAM Act : Exigences pour les expéditeurs d'emails commerciaux

Canada : La législation anti-spam du Canada (CASL)

Europe : Règlement général sur la protection des données (RGPD)

Australie : Règlement sur le spam 2021

Pour la législation sur les emails dans d'autres pays, veuillez consulter : 

http://en.wikipedia.org/wiki/E-mail_spam_legislation_by_country


Partager

Lien texte
Il s'agit d'un texte à l'intérieur d'un bloc div.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.